Clap de fin de la 21ème édition du Trophée Roses des Sables



Parties le 12 octobre, ce sont 329 participantes exaltées et surtout profondément changées qui bouclent cette 21ème édition du Trophée Roses des Sables ce vendredi. Venues de partout en France, mais aussi de Belgique, de Suisse, d'Italie, du Luxembourg et même du Canada, elles sont entrées dans la danse de cet événement 100% féminin et solidaire lors de deux villages-Départ, au Pays basque et au nord du Maroc. Direction les portes du Sahara, puis retour à Marrakech, au fil de 8 étapes, de liaison ou de compétition sportive, en mode rallye-raid et d'actions solidaires en partenariat avec 5 associations.

La course d'orientation, au roadbook et à la boussole, s'est achevée hier, après une spéciale de 48 heures en autonomie dans les immenses plateaux désertiques. C'est avec un petit pincement au c?ur et un énorme sentiment de fierté, bien légitime, que les Roses clôturent cette aventure hors du commun. Elles célébreront les gagnantes et leur victoire collective demain soir à Marrakech, avant de retrouver leurs univers respectifs.


Se hisse sur la première marche du podium l'équipage québécois 518 en SSV composé de Anne-Marie Pratte et Laurie Frigon.


 

Jeudi, les 163 équipages encore au classement passaient la ligne d'arrivée de la compétition dans le désert Tiguerna, à l'issue de la fameuse étape marathon du rallye qui les plongeait dans une épreuve d'endurance et de concentration extrême. Deux jours et une nuit en totale autonomie durant lesquels les participantes ont pu dresser un bilan de leur aventure autour d'un feu de camp improvisé, tout en se projetant vers leurs prochains projets les plus fous.

Biarritz et le Pays basque, la péninsule ibérique, le détroit de Gibraltar, les côtes marocaines, les cols, les villages typiques du royaume chérifien, les palmeraies, les oueds, les regs et enfin les dunes, la magie absolue des paysages annonciateurs du Sahara? Voilà pour les décors traversés.

Côté sportif, des prises de tête, de caps et de directions capitales, du stress peu à peu balayé par la prise de confiance, des doutes effacés par les prises de conscience. Au fil des étapes, toutes ces femmes, âgées entre 20 et 66 ans, se sont vues capables de dormir peu, d'accomplir beaucoup, d'accepter les défaites et de savourer les victoires, une puissante métaphore de ce qui ressemble souvent à leur vie.

Elles en ressortent bouleversées, pas toujours en mesure de réaliser la mesure de la prouesse accomplie, mais habitées par un ailleurs qui ne les quittera jamais, une part d'elle-même (re)découverte, un tremplin pour se projeter dans un quotidien réinventé, fait de rêves et de partage.

Le partage, c'est le volet essentiel du Trophée Rose des Sables qui depuis plus de 20 ans, porte les équipages au bout d'eux-mêmes. Entre deux étapes de compétition, des actions solidaires sont menées en faveur des femmes et des enfants. Cette année, la solidarité avait 5 visages :

C'est donc des traits fatigués, mais riches de nouvelles amitiés et comblées par un sentiment de fierté que les Roses se sont réunies à Marrakech pour célébrer l'événement lors d'une superbe cérémonie de remise des prix. Sur le podium, ce sont Anne-Marie et Laurie (équipage 518) qui se sont distinguées pour leur parcours sans pénalité et comptant le moins de kilomètres au compteur.

*Depuis plus de 15 ans, Désertours organisateur du Trophée Roses des Sables soutient l'association Enfants du Désert pour mener à bien des projets solidaires. Fourniture de kits d'hygiène, équipement d'hôpitaux et de dispensaires en matériel médical, construction d'écoles maternelles, de bibliothèques, de blocs sanitaires ou forages de puits, entre autres actions concrètes qui améliore le quotidien des familles dans cette région très isolée du Maroc.

 

Ce qu'il faut savoir

Le trek Rose Trip Maroc a été créé par Desertours, une entreprise familiale d'une vingtaine de personnes dirigée par Jean-Jacques Rey et sa fille Géraldine et basée au Pays basque.