Boucle ambiance trial de Begaa



Les infos à retenir :


Distance à parcourir : 80,8 km dont 49,7 km de spéciales


Temps estimé : entre 4 heures et 8 heures


Départ à partir de : 09h45


 

Ce matin, à partir de 8 :45, 62 équipages (n°121 à 602), ont pris le départ de la boucle 2 « Spéciale Begaa », du nom du petit village de la commune de Taouz, autour duquel les Roses se sont éclatées sur des terrains et dans des décors riches en contrastes. Alternant sable mou et cailloux menaçants, plateaux désertiques et reliefs à franchir, les deux portions principales de l'étape 6 ont donné pas mal de fil à retordre aux Roses.

 

Les filles ont évolué sur des surfaces aux multiples textures : « taule ondulée », passages cassés très rocailleux, pistes roulantes et étendues de « fesh fesh », un sable très volatile qui créée des nuées de sable en suspension au passage des véhicules.

La caravane a ensuite longé Begaa, avant d'emprunter des pistes montantes pour ne pas manquer les CPV2 et 3. Selon le règlement sportif du Trophée Roses des Sables, ces contrôles de passage virtuels tolèrent le passage des véhicules dans un rayon compris entre 100 et 300 mètres, selon les configurations. Si les Roses les manquent, ce se sont des points qui s'envolent au classement ; elles sont donc très soucieuses d'y marquer leurs traces. Les pistes suivantes ont ouvert la voie à une seconde partie de journée assez exceptionnelle à plusieurs égards.

Il a fallu gérer le pilotage avec finesse et confiance, défi que les compétitrices ont relevé haut la main. Ces franchissements, très techniques pour les pilotes, ont donné un nouvel aperçu de ce que peut-être un rallye-raid.

Cette étape exigeante s'est achevée avant la nuit pour toutes les participantes, à l'exception d'un équipage qui cherchait encore le bivouac, à 11 kilomètres de l'arche d'arrivée, aux alentours de 20 :00.

 

Ce matin, à partir de 8 :45, 62 équipages (n°121 à 602), ont pris le départ de la boucle 2 « Spéciale Begaa », du nom du petit village de la commune de Taouz, autour duquel les Roses se sont éclatées sur des terrains et dans des décors riches en contrastes. Alternant sable mou et cailloux menaçants, plateaux désertiques et reliefs à franchir, les deux portions principales de l'étape 6 ont donné pas mal de fil à retordre aux Roses.

 

Les filles ont évolué sur des surfaces aux multiples textures : « taule ondulée », passages cassés très rocailleux, pistes roulantes et étendues de « fesh fesh », un sable très volatile qui créée des nuées de sable en suspension au passage des véhicules.

La caravane a ensuite longé Begaa, avant d'emprunter des pistes montantes pour ne pas manquer les CPV2 et 3. Selon le règlement sportif du Trophée Roses des Sables, ces contrôles de passage virtuels tolèrent le passage des véhicules dans un rayon compris entre 100 et 300 mètres, selon les configurations. Si les Roses les manquent, ce se sont des points qui s'envolent au classement ; elles sont donc très soucieuses d'y marquer leurs traces. Les pistes suivantes ont ouvert la voie à une seconde partie de journée assez exceptionnelle à plusieurs égards.

Il a fallu gérer le pilotage avec finesse et confiance, défi que les compétitrices ont relevé haut la main. Ces franchissements, très techniques pour les pilotes, ont donné un nouvel aperçu de ce que peut-être un rallye-raid.

Cette étape exigeante s'est achevée avant la nuit pour toutes les participantes, à l'exception d'un équipage qui cherchait encore le bivouac, à 11 kilomètres de l'arche d'arrivée, aux alentours de 20 :00.